Miranda

Le projet de Miranda :

Réduction des émissions de carbone et des coûts opérationnels dans l’industrie de la télévision par câble et par satellite

Le samedi soir, alors que vous êtes bien installé pour regarder un film à la télévision payante ou un match diffusé sur votre chaîne de sports préférée, il est peu probable que les émissions de gaz à effet de serre vous passent par la tête. Comme plus de 100 millions d’autres abonnés à la télévision par câble ou par satellite en Amérique du Nord, vous êtes impatient de regarder votre émission préférée. Mais, si la qualité de la télédiffusion se détériore ou, pire, que survient une interruption du service, les clients n’hésitent pas à se plaindre et à exiger qu’on corrige la situation. Les fournisseurs de câblodistribution et de télédiffusion par satellite consacrent chaque année des dizaines de millions de dollars à l’affectation de techniciens aux domiciles de leurs clients, en vue de diagnostiquer les problèmes et de rétablir le service.

Dans l’univers des télécommunications et de la télédiffusion, l’envoi d’un tel spécialiste à la résidence du client est appelé « déplacement » – et, chaque fois qu’un camion est dépêché, il génère du dioxyde de carbone. En fait, pour chaque litre d’essence brûlé, un camion émet 5 livres de gaz à effet de serre – et, dans le secteur de la télédiffusion, une industrie de plusieurs milliards de dollars, des dizaines de milliers de camions ateliers et de véhicules tout usage envahissent les routes chaque année. Cette situation a amené une entreprise québécoise de TIC à affirmer son leadership à l’échelle mondiale, en mettant au point des solutions technologiques visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, lors des déplacements – lesquelles permettent également aux entreprises de câblodistribution et de télédiffusion par satellite d’économiser des millions de dollars en coûts opérationnels. Il s’agit d’une initiative importante. En effet, pour chaque tranche de mille camions sur la route, l’élimination d’un seul déplacement hebdomadaire permettrait de réduire les émissions de dioxyde de carbone de 1,1 million de livres chaque année. Mené par Technologies Miranda, une marque Belden et un chef de file mondial en matière de solutions matérielles et logicielles pour le secteur de la télédiffusion par câble, satellite et IP, ce projet de R-D en ÉcoloTIC est une composante clé du projet Équation, chapeauté par Prompt.

Présent dans le secteur depuis plus de 20 ans, Miranda a acquis une profonde connaissance de l’industrie de la télédiffusion. À la suite du lancement du projet Équation, il y a 18 mois, Miranda a effectué une enquête exhaustive sur la manière dont les entreprises de télédiffusion par câble et par satellite surveillent la qualité des signaux télévisuels qu’ils fournissent à leurs abonnés, à partir de leur centre d’exploitation de réseau (NIC). Miranda a ainsi fait une découverte clé : au sein du centre NIC, les ingénieurs responsables de la prestation du service n’ont qu’une faible – voire aucune – visibilité des problèmes qui peuvent avoir une incidence sur la qualité du signal perçu par les clients. Pour faire le diagnostic approprié et résoudre un problème de signal, ils doivent souvent se rendre sur le terrain, avec le client. Cela peut demander des heures – et le déplacement d’un camion.

Tirant profit d’un investissement du gouvernement du Québec, effectué dans le cadre du projet Équation, et en misant sur la technologie existante, Miranda travaille à la mise au point d’un nouveau système de surveillance en temps réel de la qualité du signal, destiné aux câblodistributeurs et aux fournisseurs de télédiffusion par satellite. Connu sous le nom d’iControl Headend, ce logiciel innovateur permet aux opérateurs de réseaux de surveiller et de gérer les signaux télévisuels pendant leur distribution.

D’une durée de trois ans, le projet Équation comporte quatre composantes de R-D qui, ensemble, formeront une solution intégrée. Une fois terminé, le produit permettra de surveiller des milliers de chaînes simultanément et fournira aux opérateurs de réseaux des fonctionnalités améliorées, en matière de :

  • visualisation, en offrant aux ingénieurs la possibilité de voir le signal télévisuel;
  • investigation, en permettant une évaluation en temps réel de l’intégrité et de la qualité du signal;
  • gestion du réseau, en contribuant au fonctionnement plus efficace et plus intelligent d’imposants réseaux de données; et
  • analyse du signal, en facilitant la détection rapide et le diagnostic des problèmes qui affectent le signal de télédiffusion.

Progrès

Au cours des 18 derniers mois, l’équipe d’Équation a franchi une série d’étapes importantes en R-D, dont la mise au point d’un nouveau logiciel de visualisation et d’instruments d’investigation. Pour atteindre certains de ses objectifs, Miranda a collaboré avec des PME québécoises, telles que Nuum Design Inc., Savoir-faire Linux et le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ). Ces collaborateurs ont contribué au développement d’importants éléments matériels et logiciels qui améliorent la convivialité, la configuration et l’installation du système.

Résolument orientée vers la clientèle, Miranda a procédé à un premier test avec certains grands câblodistributeurs américains. Les projets pilotes ont été couronnés de succès, permettant aux opérateurs de réseaux de diagnostiquer les défectuosités du signal beaucoup plus rapidement, faisant passer le temps consacré à la résolution de problèmes, de plusieurs heures, à quelques minutes.

Prochaines étapes

Pendant le reste du projet, Miranda concentrera ses efforts à la création d’outils de gestion de réseau et d’analyse du signal qui amélioreront l’efficacité du système et permettront de réduire davantage la consommation d’énergie. En vue de l’atteinte de ces objectifs, l’entreprise collaborera avec des chercheurs de l’École de technologie supérieure (ÉTS).

« Nous nous réjouissons à la perspective de collaborer avec Miranda et de mettre à contribution notre expertise avancée en identification par vidéo et en surveillance de la qualité visuelle, dans le cadre du projet Équation, a déclaré Dr Stéphane Coulombe. Nous avons pour but d’améliorer encore davantage les fonctionnalités diagnostiques du système iControl Headend, en aidant les opérateurs à repérer les problèmes qui affectent la qualité vidéo et à trouver leurs origines le plus rapidement possible. Cette recherche représente, pour notre équipe et les étudiants qui collaborent avec elle, l’occasion de relever des défis stimulants et d’acquérir une expérience inestimable, auprès d’une grande société montréalaise. »

À l’avenir, Miranda vise à assurer une réduction continue des besoins énergétiques et de l’empreinte écologique du système. Les exploitants de réseaux pourront ainsi diminuer leur consommation d’énergie, tout en maximisant l’espace disponible au sein de leurs centres NIC. Lorsque cette technologie divergente aura été mise au point, l’entreprise souhaite la promouvoir auprès des principales sociétés de câblodistribution et de télévision par satellite, qui pourront ainsi rationaliser leur flux de travail et optimiser leurs opérations.

« La viabilité environnementale a toujours fait partie de l’ADN de Miranda, a indiqué Laurent Ruel, vice-président, systèmes de gestion et de contrôle. Nous nous efforçons de mettre au point des technologies écologiques qui permettent à nos clients d’atteindre le triple résultat, en leur procurant des avantages économiques, sociaux et environnementaux. Par exemple, on estime le coût financier moyen d’un déplacement par camion à 100 dollars l’heure, alors que le coût environnemental peut représenter des centaines de tonnes d’émissions de carbone, quotidiennement. Le système iControl Headend permettra aux fournisseurs de services d’économiser des millions de dollars et de réduire d’au moins 5 % les émissions de carbone engendrées par les déplacements. »

François Gourvil, chef de produit chez Miranda, ajoute : « Nous croyons que cette technologie  de surveillance du signal télévisuel pourrait devenir la norme, au sein de l’industrie. En contribuant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, elle offrira également au Québec la possibilité de se positionner comme un chef de file mondial en matière de technologies propres. »

Conclusion

Selon Guy Langlois, directeur, gestion de projet : « Équation nous offre l’occasion de faire évoluer la seconde génération de notre système iControl et d’en faire une solution complète et écologique pour l’industrie de la télévision. Le financement fourni par le gouvernement du Québec nous a permis d’accélérer de manière considérable ce projet de R-D, en créant huit nouveaux postes d’ingénieurs hautement qualifiés, ce qui aurait été impossible sans le projet Équation. Outre cet investissement, nous continuons de bénéficier de l’expertise de Prompt, en matière de collaboration en R-D et de son expérience à titre de coordonnateur du projet. Cela revêt une importance particulière, alors que nous élargissons nos partenariats avec l’ÉTS et des PME locales et que nous collaborons au développement des nouvelles fonctionnalités de ce système. »